Général Wyman

Willard Gordon Wyman est né à Augusta, dans le Maine, le 21 Mars 1898. Il intégre West Point dont il sort diplômé en 1919. Après un court passage en Europe au sein du corps expéditionnaire américain, il rentre aux États-Unis où il effectuera dans la cavalerie l’essentiel de sa carrière d’entre deux-guerres, si l’on excepte un séjour en Chine, de 1928 à 1932, d’abord au sein d’une mission financée par le Museum d’Histoire naturelle de New-York, puis à côté des troupes chinoises contre les Japonais lors de la bataille de Shangaï en 1932.

A l’entrée en guerre des États-Unis, il est adjoint au chef d’État-major du IXe corps d’armée, puis, après un passage à l’État-major général, est envoyé en Asie comme adjoint au chef d’État-major des forces US du théâtre d’opérations “indien” (Chine, Birmanie).

général Willard WymanEn 1942, il rejoint l’État-major des forces alliées en Europe, avant de devenir, en 1943, commandant adjoint de la 1ère Division d’Infanterie, la “Big Red One”, auprès de Huebner.  Il sera donc de l’assaut à Omaha. Nous l’avons déjà écrit (voir l’article: Général Huebner), le commandement des vagues d’assaut est croisé : Huebner, à la tête de la première (Force O), est secondé par Cota, adjoint de la 29e ; alors que Gerhardt, chef de la 29e, qui commande la seconde (Force B) est lui secondé par Wyman). Contrairement à certains de ses homologues (Cota, T. Roosevelt), qui, ayant pourtant le même statut, ont laissé une trace dans l’histoire, on sait assez peu de choses du comportement de Willard Wyman le 6 juin sur les plages du débarquement, où même dans ceux qui ont suivi.

Sans doute est-il exempt de reproches, puisque, quelques mois plus tard, on lui confie le commandement de la 71e DI (dans laquelle sert John D. Eisenhower, le fils), qu’il conduira jusqu’au cœur de l’Allemagne, et avec laquelle il libère des camps de concentration, avant de faire la jonction avec l’Armée Rouge à l’est de Linz, le 8 Mai: c’est l’unité américaine qui aura poussé le plus loin à l’est.

On retrouvera Willard Wyman lors de la guerre de Corée, pendant laquelle il commande le IXe corps, avant de rejoindre l’État-major de l’OTAN (1952-1954), puis de prendre la tête de la VIe armée. Il se retire en 1958 avec le titre de Commandant en chef des forces continentales, et meurt une semaine après son 71e anniversaire, en 1969. Il repose au cimetière d’Arlington.

Sa page anglaise Wikipédia d’où vient d’ailleurs la photographie.

[Total : 2    Moyenne : 5/5]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*